4 façons de faire fuir la GenZ de l’entreprise

La génération Z arrive peu à peu sur le marché du travail. Leurs attentes envers leur manager et leur entreprise sont différentes de celles des précédentes générations. Cela peut impacter la culture et les pratiques en place au sein des organisations. Si vous êtes un leader et que vous souhaitez retenir la GenZ, nous vous présentons aujourd’hui 4 faux pas à éviter.

La Génération Z c’est quoi?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, voyons ce qu’est la GenZ. Cette génération regroupe principalement les personnes nées entre 1997 et 2010. Elle vient après la génération Y, qu’on appelle aussi les « Millenials et, qui sont nés entre 1986 et 1997.

Cette génération se caractérise principalement par le fait qu’elle soit née dans un environnement hyper numérisé. Les gens issus de cette génération sont considérés comme des utopistes un peu rebelles par certains chercheurs.

Pour d’autres, ils sont focalisés sur de véritables opportunités de croissance, adorent évoluer dans un environnement professionnel optimiste, favorisant l’innovation.

Il est tout de même difficile de généraliser ces traits caractéristiques à toutes les personnes nées entre 1997 et 2010, mais cela permet d’avoir une idée générale de leurs attentes en entreprise.

Qu’est-ce qui pourrait les faire fuir de votre équipe?

1. Faire du micro management

Contrairement à leurs prédécesseurs, les membres de la GenZ sont beaucoup plus indépendants et ont tendance à considérer que pour qu’une chose soit bien faite, il faut le faire soi-même.

Compétitifs et désirant travailler de manière flexible, ils préfèrent gérer eux-mêmes leur charge de travail afin que leurs compétences et capacités puissent atteindre leur plein potentiel.

Très pragmatiques et centrés sur les résultats, ils souhaitent avoir des résultats concrets, mesurés par des indicateurs de performance clairs. L’un des moyens de les mener à la démission serait de les encadrer de manière stricte et de les forcer à une collaboration non-essentielle avec leurs collègues. Il serait plus intéressant de leur laisser une certaine marge de manœuvre et de les évaluer en fonction de résultats objectifs.

2. Ne pas chercher à innover

La GenZ est née et a été élevée dans une des périodes les plus bouleversantes de l’histoire. Une évolution technologique constante et rapide, des nouvelles normes éducationnelles plus permissives, les changements sociaux et environnementaux ont influencé cette génération. Le changement est donc la norme pour elle, ce qui a façonné leur vision du monde. D’ailleurs, elle estime que le monde n’est pas exempt de défauts et que seul une manière de pensée disruptive, peut aider à l’améliorer.

La GenZ est donc axée sur une résolution des problèmes par l’innovation et la création, en mettant toujours en doute les idées préconçues. Les entreprises qui sont hermétiques au changement, qui ne se soucient pas de s’adapter aux problèmes sociaux actuels et qui sont très traditionalistes risquent donc ne pas retenir leur attention.

3. Une mauvaise communication

Malgré que cette génération soit la plus numérique dans le marché actuel de l’emploi, elle aime tout de même les interactions humaines. Elle préfère une communication directe, généralement en face-à-face, notamment si le sujet de discussion est important. Cela permet à la GenZ de voir la transparence, l’authenticité de leur interlocuteur.

Néanmoins, elle aime également que leur employeur soit assez engagé socialement en ligne. Si bien que la communication vidéo, qui allie à la fois les avantages du face-à-face et de la communication en ligne est leur moyen de conversation favori. Trouver un bon équilibre entre interactions traditionnelles et interactions en ligne est donc nécessaire pour favoriser leur rétention.

4. Des méthodes de travail trop traditionnelles

Tout comme la génération Y, la GenZ est très ancrée dans le numérique, car elle a grandi avec Internet, les applications mobiles… Il est donc difficile pour elle de se conformer à des méthodes de travail traditionnelles qu’elle peut considérer obsolètes.

Soucieuse d’un bon équilibre entre vie familiale et professionnelle, elle considère par exemple qu’une présence en entreprise de 9h à 18h n’est pas forcément nécessaire. Laisser la possibilité aux salariés de la GenZ de travailler de chez eux, à distance, ou en dehors des horaires normaux de bureau leur permettra de mieux s’épanouir. Comme évoqué plus haut, ils sont centrés sur les résultats, si bien que tant qu’ils arrivent à les atteindre, la manière dont ils travaillent ne devrait pas être prise en considération.

Conclusion

L’arrivée d’une nouvelle génération au sein d’une entreprise peut bouleverser les équipes. Les ressources humaines et leaders doivent devront faire preuve de plus en plus de flexibilité et adapter leurs pratiques de gestion en conséquence.

Attirer et retenir la génération Z nécessite de comprendre leurs besoins, qui tournent autour de l’indépendance, de l’innovation, de la sécurité et de la communication. Nous n’avons pas pu développer tous les points importants, mais ceux abordés vous permettront d’avoir une meilleure idée de leurs attentes.

 

Image by rawpixel.com